Quels signes ?

La myopie est une amétropie qui se développe dans l’enfance. Elle évolue d’autant plus rapidement qu’elle apparaît précocement. La prévention passe par l’éducation des parents et des enfants.

Quand consulter ?
Si l’un des parents ou les deux est/sont myope(s), un suivi régulier de l’enfant par un ophtalmologiste s’impose en premier lieu. La consultation sera d’autant plus urgente si les parents constatent ces signes d’alertes chez l’enfant :
- Il plisse souvent les yeux pour voir de loin
- Il demande à se rapprocher du tableau à l’école
- Il a tendance à se rapprocher de ses livres, cahiers ou écrans
- Il fait des fautes d’inattention
- Il peut se plaindre de maux de tête
Quels sont les signes de la myopie ?
Evolution et conséquences
Comment évolue-t-elle ? Quelles conséquences ?

La myopie se développe dans l’enfance et elle évolue d’autant plus rapidement qu’elle apparaît précocement.

Plus la myopie est importante (dès - 5 à - 6 D), plus les conséquences sont néfastes et le risque de pathologie oculaire augmente avec l’âge, après 40 ans : pathologies maculaires, glaucome, cataracte précoce … Mais même les myopies légères (de - 1 à - 3 D) sont associées à une prévalence accrue du glaucome et de la cataracte11. De plus, la myopie accroît significativement le risque de décollement de rétine11 (risque multiplié par 30 quand on atteint - 6 D).  

Une forte myopie peut entraîner une perte de vision importante en raison de l’élongation axiale de l’oeil11. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnaît qu’une forte myopie, au-delà de – 8 dioptries, peut être une cause de cécité (la myopie dégénérative est la 3e cause de cécité dans le monde).

D’où l’importance d’une prise en charge précoce et appropriée chez l’enfant pour ralentir ou freiner l’évolution de la myopie et éviter le risque associé de complications à long terme. Idéalement, il est important de limiter la progression de la myopie à -6,00 dioptries, ce qui permet aussi d’avoir recours à tout type de  chirurgie réfractive à l’âge adulte .

Références
11. Flitcroft DI. The complex interactions of retinal, optical and environmental factors in myopia aetiology. Prog Retin Eye Res. 2012; 31(6) :622-660.

Témoignage d’une opticienne
Tendances
Un enfant dont la vision change rapidement avant l’âge de 6 ans, aura 75% de risque d’être myope à l’adolescence. Il est alors important d’adopter de saines habitudes de vie afin de retarder l’apparition de la myopie.  

Source : Réalités ophtalmologiques – n°260_Mars 2019 – Cahier 1.

Quels examens ?

La myopie se déclare le plus souvent entre 7 et 14 ans. L’ophtalmologiste fera un examen complet qui comprendra le plus souvent :

- Un interrogatoire de l’enfant et des parents (connaître les antécédents)
- Une évaluation de l’acuité visuelle et un  examen de la réfraction , sous cycloplégie, pour mesurer la myopie  pouvant être associée ou non à de l’astigmatisme
- Un bilan de la vision binoculaire
- Des mesures de l’œil ( longueur axiale de l’œil, courbure de la cornée …)
- des tests de santé oculaire

En cas de myopie, et à l’issue de cette consultation, une ordonnance de lunettes sera délivrée. A cette occasion, l’ophtalmologiste donnera tous les conseils environnementaux, comme pratiquer des activités à l’extérieur, réduire le temps passé sur les écrans, respecter une distance de lecture > 30 cm et faire des pauses régulièrement. Si l’indication lentilles de contact est posée, l’enfant sera revu pour des mesures complémentaires, comme la biométrie (mesure de la longueur axiale),  la courbure ou topographie de la cornée, puis pour des essais en lentilles de contact.

Témoignage d’un optométriste